Bienvenue sur le blog de l'Association des Amis de la Chapelle Saint-Gonery à Plougrescant, village de bord de mer dans les Côtes d'Armor.

Au centre du bourg de Plougrescant, cette chapelle classée des XII et XVe siècles attire le regard par sa flèche penchée, son vaste enclos paroissial, sa chaire à prêcher et son if multicentenaire.

A l'intérieur, elle révèle ses richesses, entre autres, une Vierge à l'Enfant en albâtre et une crédence remarquablement sculptée, toutes deux du XVIe siècle, mais surtout des peintures naïves, fin du XVe siècle, représentant des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, réalisées sur la voûte de la nef.

Vous pourrez déjà avoir une idée de ces richesses en allant dans la rubrique "Visite guidée de la chapelle" ci-dessous à droite.

Pour les horaires de visite, consultez la rubrique "Visite de la chapelle : renseignements, horaires", également ci-dessous à droite.

Pour sauvegarder et valoriser ce patrimoine unique, notre Association, en plein accord avec la commune de Plougrescant, propriétaire de la chapelle, s'est fixé pour tâches d'aider à trouver les fonds pour les travaux nécessaires à sa restauration et de faire partager au plus grand nombre ce joyau de notre patrimoine par des visites guidées, des brochures, des cartes postales, etc.

Ce blog est donc le support et le prolongement de ces actions tout en permettant un suivi de l'actualité entourant cette chapelle et les activités de notre Association.

Pour nous contacter écrivez-nous à l'adresse mail : lesamisdesaintgonery@gmail.com

mercredi 16 novembre 2016

Les travaux de restauration ont repris dans notre chapelle.



Photo 1
Très attendu, le début de la dernière tranche de travaux a eu lieu le 24 octobre avec l’Atelier du Vieux Presbytère (sis à Lanvellec) pour la dépose du mobilier liturgique et son transport à l’Atelier où il sera restauré.
L’ensemble des travaux concerne le chœur et les transepts, leur durée prévue de 13 mois induit donc leur fin en décembre 2017. La pose d’une cloison entre le chœur et la nef va avoir lieu très bientôt pour isoler la partie en chantier, les visites de la partie du XIe et de la nef (voûte peinte) pourront donc avoir lieu sans problème à l’exclusion de la partie en travaux.
Le gros travail de cette première séquence n’a duré que 3 jours, en illustration de la parfaite maitrise du sujet et de la qualité du professionnalisme de l’Atelier. Ce fut l’occasion de voir la chapelle sous des apparences insolites (photos 1 et 2 : début et fin des travaux), (photos 3 et 4 : tout le retable sur le sol de la nef), photos 5, 6, 7.
(Pour agrandir les photos cliquer dessus, puis pour revenir sur le site cliquer à côté de la photo)
Photo 2
Photo 3

Photo 4
Photo 5
Photo 6
   
Photo 8
Photo 7
On peut constater sur les divers éléments la présence de fentes, écailles et altérations dans le bois et la polychromie (photos 8, 9, 10 et 11). Sur la photo 11, il figure une des 2 petites niches dont dispose le retable, elles étaient le siège de 2 statues (hautes de 40cm) enlevées bien avant le début des travaux en 2012 pour être mises à l’abri au presbytère de Tréguier. 

Photo 9
Photo 10

Photo 11

Photo 11 bis
Figurant saint Jude et un évêque (photo 11 bis) elles reprendront leur place à l’issue des travaux, restaurées et sécurisées par une fixation au lieu d’une simple pose.
La dépose du retable a permis de mettre à jour (photo 12) une niche dans le mur : un sacraire, cet ancêtre du tabernacle contenait en haut le saint-Chrême et en bas le saint Sacrement. On voit bien (photo 13) de chaque coté la rainure permettant de placer une planche le séparant en 2 compartiments et dont il reste un morceau au fond. 

Photo 12
Photo 13
On voit qu’une frise à motif de feuillage (photo 14) avait été peinte au dessus du sacraire, elle figure aussi sur le coté droit du mur (photo 15). C’est le Concile de Trente (1545 à 1563) qui a préconisé l’usage du tabernacle placé sur l’autel en remplacement du sacraire. On peut donc estimer que ce sacraire date bien de la construction de cette partie de la chapelle au XVIe siècle. 

Photo 15
Photo 14
                                                         


Photo 16
Photo 17


Photo 18
Les travaux à faire sur les murs nécessitent la dépose des éléments les garnissant et leur mise à l’abri à Lanvellec où ils seront l’objet de diverses restaurations. Il en est ainsi du grand tableau de la Descente de Croix (photo 16), de la Vierge en albâtre (photo 17) et aussi du Christ en Croix (photo 18).
On voit sur celui-ci la présence de protections mises en place en attendant le travail de restauration. Il s’agit de morceaux de « papier japon » posés temporairement avec un produit adhésif sur les parties repérées abîmées (craquelures, écailles), afin d’éviter une aggravation de leur état. Avant le transport à Lanvellec, deux spécialistes en polychromie de l’Atelier Régional de Restauration sont venus dans la chapelle faire cette opération notamment sur la statue d’Éliboubane (photo 19) et aussi sur celle de saint Jude et de nombreux éléments du retable (photo 20). La chaire a fait l’objet d’un examen complet, il a notamment révélé la teinte d’origine (photo 21).

Photo 19

Photo 20

Photo 21











Après avoir démonté la barrière métallique, l’entreprise de ferronnerie l’a emmenée en atelier pour restauration (photos 22, 23) ou bien remplacement à neuf ? Ce sera maintenant au tour du menuisier de venir bientôt enlever toute l’estrade dont l’état nécessite absolument une complète restauration en atelier. Il sera intéressant de voir ce que sa dépose laisse apparaître : terre ou bien dallage ? Éventuels vestiges funéraires ?

Photo 22

Photo 23
Selon le planning prévu, la chapelle devrait connaître ensuite un répit jusqu’en janvier 2017, date du début des travaux de maçonnerie qui se termineront à la mi-juillet 2017 avec aussi un mois de travaux d’électricité/éclairage. 
À l’automne, le dallage sera déposé et rejointoyé, un travail de restauration aura lieu pour les vitraux. À partir de novembre, ce sera ensuite le point final de cinq ans de travaux avec quelques travaux d’électricité au sol et surtout la repose générale de tous les éléments en retour de restauration.