Bienvenue sur le blog de l'Association des Amis de la Chapelle Saint-Gonery à Plougrescant, village de bord de mer dans les Côtes d'Armor.

Au centre du bourg de Plougrescant, cette chapelle classée des XII et XVe siècles attire le regard par sa flèche penchée, son vaste enclos paroissial, sa chaire à prêcher et son if multicentenaire.

A l'intérieur, elle révèle ses richesses, entre autres, une Vierge à l'Enfant en albâtre et une crédence remarquablement sculptée, toutes deux du XVIe siècle, mais surtout des peintures naïves, fin du XVe siècle, représentant des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, réalisées sur la voûte de la nef.

Vous pourrez déjà avoir une idée de ces richesses en allant dans la rubrique "Visite guidée de la chapelle" ci-dessous à droite.

Pour les horaires de visite, consultez la rubrique "Visite de la chapelle : renseignements, horaires", également ci-dessous à droite.

Pour sauvegarder et valoriser ce patrimoine unique, notre Association, en plein accord avec la commune de Plougrescant, propriétaire de la chapelle, s'est fixé pour tâches d'aider à trouver les fonds pour les travaux nécessaires à sa restauration et de faire partager au plus grand nombre ce joyau de notre patrimoine par des visites guidées, des brochures, des cartes postales, etc.

Ce blog est donc le support et le prolongement de ces actions tout en permettant un suivi de l'actualité entourant cette chapelle et les activités de notre Association.

Pour nous contacter écrivez-nous à l'adresse mail : lesamisdesaintgonery@gmail.com

lundi 6 janvier 2014

Point d'orgue de la première tranche des travaux : la restauration 2013 des peintures de la voûte



Photo 1



La restauration des peintures a été l'oeuvre de l’entreprise ARTHEMA située à ABBARETZ (44) près de Chateaubriand, elle est homologuée EPV : Entreprise du Patrimoine Vivant et ses compétences s’étendent à la restauration de tous les décors polychromes et dorés : le mobilier, la statuaire, les sablières, les lambris peints, autels et triptyques, les fresques.
Trois restaurateurs (photos 1, 2 et 3) ont travaillé sur les lambris peints dans notre chapelle :
Martina qui, depuis 3 ans, est diplômée d’un master de restauration obtenu à Sofia en Bulgarie
Anthony et Cyrille qui ont étudié aux Beaux Arts de La Roche sur Yon.

Photo 2

Photo 3


L'étude préalable aux travaux faite en mai 2008, qui nous a permis de connaître et de vous présenter la nature des précédentes restaurations, formule en conclusion la liste de ce qu'ont été les diverses actions de nos trois restaurateurs :
  • Consolidation par imprégnation ou injection de résine
  • Traitement insecticide  et antifongique
  • Dépoussiérage et nettoyage léger de la couche picturale
  • Suppression de certains mastics anciens et remasticage éventuel
  • Nettoyage, passivation et protection des têtes de clous rouillées
  • Refixage de soulèvements de la couche picturale par collage
  • Conservation des repeints et aussi des retouches anciennes si elles ne sont pas inesthétiques
  • Retouches lorsque ça s’avère nécessaire
  • Application d’un vernis protecteur
Toutes les tâches concernant la couche picturale sont effectuées avec un impératif : ne pas dénaturer l’authenticité du décor originel et conserver les repeints car leur intérêt historique est indéniable.

En fait, ils ont commencé leur intervention dès la fin 2012 puis au printemps 2013 avant la fin du travail des charpentiers et la remise en place des voliges et des ardoises : ils ont enlevé gravats et poussières accumulés sur le dessus de la voûte lambrissée. Ensuite, sur le dessus de la voûte et sur les poutres, ils ont effectué un traitement anti-xylophage et fongicide et appliqué ensuite au pinceau une résine durcissante pour consolider les bois.
Ils ont ensuite procédé au dépoussiérage et nettoyage des peintures, opération qu’ils nous ont présentée comme prenant une place tout à fait essentielle dans la vivacité retrouvée du décor.
Puis mi-septembre, après la remise en place des 12 m2 de lambris peints qui avaient dû être enlevés pour restaurer la structure porteuse, ils sont intervenus en continuité sur l’intérieur de la voûte jusqu’à fin octobre. La surface déposée a été remplacée par des lames neuves, seule une partie des décors de cette surface a pu être récupérée et recollée sur le bois neuf (voir article du 15 octobre 2013). Il s’agissait donc d’une part de faire les éventuelles retouches picturales sur les décors recollés et, d’autre part, de reconstituer sur les parties vierges du bois neuf, en harmonie avec le décor adjacent, l’intégralité du décor manquant. L’application d’un fond de couleur lissant sur les parties vierges du bois neuf a précédé cette reconstitution. La peinture qu’ils utilisent est un mélange d’acrylique et de pigments naturels, elle a aussi été employée pour repeindre les poutres d’entrait.
Pour une meilleure compréhension de ces opérations nous vous présentons dans un premier temps la scène de la Création dont la moitié de la surface a dû être démontée puisqu’il fallait remplacer certaines poutres courbes de fixation du lambris.
Nous vous présenterons la restauration des autres scènes prochainement dans d'autres articles.

Scène de la Création ( pour agrandir les photos cliquer dessus)

Photo 4

Le photomontage (4) est un rappel de l’article paru le 20 août 2013, il présente le gros travail de dépose et remise en place fait par l’entreprise Le BER. Le montage (5) montre que beaucoup d’éléments de décor ont pu être récupérés, on peut apprécier l’excellence du travail de restauration aussi bien au niveau des nombreuses retouches sur les décors récupérés que pour la reconstitution des manquants. Puis le photomontage (6) avant et après travaux montre, qu’après le péril du démontage, la restauration a parfaitement retrouvé l’authenticité du décor originel de cette scène particulièrement chargée de détails picturaux.

Photo 5

Photo 6