Bienvenue sur le blog de l'Association des Amis de la Chapelle Saint-Gonery à Plougrescant, village de bord de mer dans les Côtes d'Armor.

Au centre du bourg de Plougrescant, cette chapelle classée des XII et XVe siècles attire le regard par sa flèche penchée, son vaste enclos paroissial, sa chaire à prêcher et son if multicentenaire.

A l'intérieur, elle révèle ses richesses, entre autres, une Vierge à l'Enfant en albâtre et une crédence remarquablement sculptée, toutes deux du XVIe siècle, mais surtout des peintures naïves, fin du XVe siècle, représentant des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, réalisées sur la voûte de la nef.

Vous pourrez déjà avoir une idée de ces richesses en allant dans la rubrique "Visite guidée de la chapelle" ci-dessous à droite.

Pour les horaires de visite, consultez la rubrique "Visite de la chapelle : renseignements, horaires", également ci-dessous à droite.

Pour sauvegarder et valoriser ce patrimoine unique, notre Association, en plein accord avec la commune de Plougrescant, propriétaire de la chapelle, s'est fixé pour tâches d'aider à trouver les fonds pour les travaux nécessaires à sa restauration et de faire partager au plus grand nombre ce joyau de notre patrimoine par des visites guidées, des brochures, des cartes postales, etc.

Ce blog est donc le support et le prolongement de ces actions tout en permettant un suivi de l'actualité entourant cette chapelle et les activités de notre Association.

Pour nous contacter écrivez-nous à l'adresse mail : lesamisdesaintgonery@gmail.com

mercredi 16 octobre 2013

Comment a été réalisée la restauration de la menuiserie des lambris.


La restauration de la menuiserie des lambris, très détériorés, de la voûte de la chapelle Saint Gonéry est une étape essentielle et très délicate avant la restauration des peintures elles même (celles-ci actuellement en cours feront l'objet de prochains articles sur notre blog).
Il nous a paru intéressant , pour l'expliquer, de vous présenter des photos commentées de cette restauration remarquable,  réalisée par les Ateliers Le Ber à Cap-Sizun dans le Finistère.


Pour agrandir cliquer sur les photos

Photos du panneau de présentation aux visiteurs de la chapelle

Environ 12 m2 de lambris peints ont dû être déposés, soit pour permettre le remplacement de pièces de charpente, soit pour cause de détérioration du bois des lambris. Sur ce panneau, la partie médiane a subi une cassure sur une panne (voir photo 5 plus bas), provoquant une forte et dangereuse courbure en avant ; en cette partie les lames de lambris ont donc dû être enlevées (la lame peinte fixée sur la panne cassée a été enlevée après la prise de la photo 1). Après consolidation de l’ensemble, la repose de deux surfaces de bois neuf (A1 et B1), en parfaite coïncidence avec les éléments adjacents d’origine, apparaît bien sur la photo 2.


Suivant l’état des lames enlevées (au niveau des peintures et/ou du bois), seule une partie des décors est récupérable. La récupération se fait en découpant dans l’épaisseur une fine tranche de la face décorée. Celle-ci est ensuite collée sur des lames neuves en châtaignier, de dimensions telles que le vide soit comblé à la repose. Ces tranches peintes (A2 et A4, B2 et B4) sont positionnées avec précision pour une jonction parfaite avec les éléments de décor restés en place. Leur pose crée par rapport au support de bois neuf une sur-épaisseur comblée par le collage d’une fine lame vierge (A3 et B3) d’épaisseur correspondante, uniformisant ainsi le niveau. Le restaurateur de peintures reconstituera sur cette partie vierge les décors manquants. Sur la photo 2, où les tranches peintes récupérées figurent entourées d’un trait bleu, on remarque leur découpage suivant un tracé en segments rectilignes afin de simplifier leurs découpes et celles des lames compensant la sur-épaisseur, la précision des collages en est également optimisée.


 Photos n° 5 et 6


Photo n°5
On voit sur la photo 5 la cassure de la panne avant réparation et à quel point cette brisure a malmené les lames de lambris. Sur la photo 6 prise après réparation de la panne, on voit que la cassure a été réparée (au milieu du cercle bleu) et la panne ainsi redressée. La pièce métallique visible dans le cercle suggère que cette panne réparée a sans doute été fixée au nouvel assemblage constitué par le morceau de poutre placé verticalement derrière et la panne neuve dans l’arrière plan suivant.

Photo n°6
Photo n° 7 ( Ateliers LE BER )


Photo n°7
Les Ateliers LE BER (29450 CAP-SIZUN) ont effectué une prestation  remarquable et de grande qualité sur les lambris, nous les avons félicités au nom de tous les admirateurs de la chapelle pour leur exceptionnel savoir-faire. Nous les remercions de nous avoir fait parvenir quelques photos illustrant ce beau travail.
On voit sur cette photo les parties altérées sur l’extrados (1) des lambris dont on a prélevé les intrados (2) peints récupérables, les rectangles situés à intervalles réguliers correspondent aux surfaces de contact avec les poutres courbes auxquelles sont fixés les lambris. Les trous des clous de fixation sont également visibles.
  1. L’extrados est la face supérieure de la voûte, pour les lames de lambris cela correspond donc à la face arrière non peinte
  2. l’intrados désigne la surface intérieure de la voûte, pour les lames de lambris il s’agit donc de la face peinte

 Photo n° 8 ( Ateliers LE BER )


Photo n°8
Sur cette photo, on voit des tranches de décor peint qui ont été récupérées, elles font toutes parties de la scène de la naissance d’Abel, la moitié de cette scène ayant dû être entièrement déposée. Ces tranches viennent d’être collées sur des lames neuves en châtaignier, les morceaux de lames vierges n’ont pas encore été mis en place pour compenser la sur-épaisseur.

Photo n° 9 ( Ateliers LE BER )


Photo n°9
Sur cette photo, il y a les mêmes éléments que sur la photo n°8  mais les lames de châtaignier ont été retaillées afin de faire coïncider les décors. De plus, les tranches compensant la sur-épaisseur ont été mises en place sauf au niveau des cercles bleus 1 et 2. Dans le cercle 1, on remarque en plus que le décor n’a pas encore été coupé de façon rectiligne.

Photos n° 10 à 15
Photo n°10


La photo 10, prise après repose de cette scène permet de voir dans le cercle 1 que le lambris a été retaillé et le rattrapage de sur-épaisseur effectué; une corniche a de plus été posée à droite pour la jonction avec le mur, elle recouvre la zone du cercle 2. À cet endroit de la voûte, sur une surface de 8 m2 en forme de portion de cylindre, il a fallu remplacer des poutres courbes et donc déposer entièrement les lambris concernant les moitiés supérieures de 2 scènes se faisant face. La pose de nouvelles poutres a du légèrement modifier la géométrie de cette partie et donc la surface à regarnir, si on y ajoute la somme de tous les ajustements faits sur les décors récupérés il a du être nécessaire de rajouter un peu de bois vierge pour la repose d’une surface de dimension correcte.

Photo n°11













On note en effet la présence d’une lame vierge sur toute la longueur de la partie reposée (photo n°11), elle passe entre le menton d’Adam et le col de son vêtement.

Photo n°12

Photo n°13




On constate bien en effet un rajout car le menton et le col sont jointifs à gauche sur le gros plan  n°12 pris avant travaux et la photo n°9 (pendant travaux atelier) alors qu’à la repose ils sont actuellement séparés par cette lame (gros plan n°13). Le  restaurateur de peintures devra sans doute équiper Adam d’un cou un peu plus marqué et d’une barbe un peu plus longue pour garnir le surplus de bois vierge.












Photo n°14








On remarque aussi sur ce même panneau la nécessité d’une  retouche importante sur la tête d’Ève, traversée elle aussi par cette lame de bois (photos en gros plans n°14 et 15 : avant et après travaux).
Photo n°15


Notre association a réalisé un panneau pour expliquer ces travaux aux visiteurs de la chapelle en complément des trois précédents que nous vous avions présentés en septembre dernier :