Bienvenue sur le blog de l'Association des Amis de la Chapelle Saint-Gonery à Plougrescant, village de bord de mer dans les Côtes d'Armor.

Au centre du bourg de Plougrescant, cette chapelle classée des XII et XVe siècles attire le regard par sa flèche penchée, son vaste enclos paroissial, sa chaire à prêcher et son if multicentenaire.

A l'intérieur, elle révèle ses richesses, entre autres, une Vierge à l'Enfant en albâtre et une crédence remarquablement sculptée, toutes deux du XVIe siècle, mais surtout des peintures naïves, fin du XVe siècle, représentant des scènes de l'Ancien et du Nouveau Testament, réalisées sur la voûte de la nef.

Vous pourrez déjà avoir une idée de ces richesses en allant dans la rubrique "Visite guidée de la chapelle" ci-dessous à droite.

Pour les horaires de visite, consultez la rubrique "Visite de la chapelle : renseignements, horaires", également ci-dessous à droite.

Pour sauvegarder et valoriser ce patrimoine unique, notre Association, en plein accord avec la commune de Plougrescant, propriétaire de la chapelle, s'est fixé pour tâches d'aider à trouver les fonds pour les travaux nécessaires à sa restauration et de faire partager au plus grand nombre ce joyau de notre patrimoine par des visites guidées, des brochures, des cartes postales, etc.

Ce blog est donc le support et le prolongement de ces actions tout en permettant un suivi de l'actualité entourant cette chapelle et les activités de notre Association.

Pour nous contacter écrivez-nous à l'adresse mail : lesamisdesaintgonery@gmail.com

lundi 17 juin 2013

Restauration de la sous-charpente de la chapelle et avancement des travaux dans la chapelle début juin 2013



RESTAURATION DE LA SOUS-CHARPENTE

Dessin de la charpente


Croquis de la charpente avec dénomination des pièces de charpente (cliquer sur le croquis pour agrandir)



Photos de la restauration avec commentaires explicatifs.( cliquer sur les photos pour agrandir)

1: Une panne neuve très robuste passe sous les chevrons de toiture. Elle soutient les poutres courbes, près de leur partie inférieure, par des équerres en acier galvanisé.



2: Les coyaux fixés à l’extrémité des chevrons de toiture reposent sur la sablière extérieure tandis que les poutres courbes reposent sur la sablière intérieure. Le chevron de toiture est cloué sur une panne intermédiaire neuve, elle même fixée à l'extrémité d'une poutre d'entrait.



3: La panne sablière sur laquelle sont posés les coyaux, tandis que les poutres courbes reposent sur la sablière intérieure. Entre les 2 sablières du mortier a été coulé.



4: Les poutres courbes sont fixées a la panne neuve par des équerres en acier. En haut, la fixation d'une poutre intermédiaire à une pièce de ferme par une ferrure.



5 : En haut la panne intermédiaire soutient les poutres courbes par des pendards en acier. En bas les chevrons de toiture sont cloués sur une poutre intermédiaire neuve.



6 : Extrémité des coyaux posés sur la sablière extérieure, tandis que l’extrémité des poutres courbes repose sur la sablière intérieure. Entre les 2 sablières une liaison avec queue d'aronde, l'intervalle est bourré de mortier.



7 : Extrémité de sablière remplaçée, elle est fixée à la ferme par une équerre en acier. Deux chevilles relient la partie neuve avec l'ancienne. Un bain de mortier entre sablières renforce l'ensemble.



8 : Fixation par clous du chevron sur une panne neuve. Une poutre courbe est liée à cette panne par une équerre. Aperçu de la liaison entre les sablières par une entretoise à queue d'aronde, puis le bain de mortier.




9 : Extrémité des chevrons qui sont prolongés une première fois au niveau de la panne intermédiaire avec la même pente, puis une deuxième fois par un coyau qui avec une pente différente vient reposer sur la sablière extérieure.




10 : Ferme de toiture rénovée.
Les arbalétriers sont doublés et soutiennent les pannes intermédiaires par des ferrures. Un faux entait (pièce transversale) est en place, il supporte 2 pannes (nous n'en voyons qu'une) auxquelles sont pendues les poutres courbes dont on peut voir la précarité.



AVANCEMENT DES TRAVAUX

Les travaux se déroulent de façon satisfaisante tant sur le plan de la qualité que de celui des délais.

- La restauration de la sous-charpente est terminée. C'était certainement la partie la plus délicate : peu de pièces de bois ont été remplacées. Les pièces arrondies d'extrados de la voûte, dont certaines sont profondément attaquées par les xylophages, ont été suspendues ou reliées à des pannes longitudinales neuves et très robustes, par des pièces en acier, trois poutres courbes d’extrados ont cependant dû être remplacées par des neuves. La structure de la voûte a été rigidifiée au niveau de chaque ferme par la mise en place d'aisseliers et de pendards d'aciers reliés aux pannes longitudinales.

- Les pièces principales de la charpente ont fait l'objet d'une datation (analyse dendro-chronologique) qui permet de situer la coupe des bois à 1479-1494

- Les sablières ont été doublées ou partiellement remplacées (greffes) puis bloquées sur la partie supérieure du mur (arase) par une large épaisseur de mortier.

- Un traitement anti-xylophage des pannes et poutres de soutien de la voûte est en cours de réalisation. Les parties les plus altérées sont imprégnées de résine spéciale.

- En ce qui concerne les lambris ils reçoivent le même traitement xylophage. Certains, jugés trop altérés, ont été démontés et ils feront l'objet d'un contre collage sur des lambris neufs en châtaignier. Cette opération entraîne un supplément de prix de 4500 euros HT. La repose est prévue au début de Septembre.

Dès cette fin de semaine n° 23, les couvreurs vont commencer la repose des voliges, pour ensuite poursuivre par les ardoises dont ils ont trié et retaillé les récupérables. La couverture sera terminée en Octobre

- Des tests d'enduit intérieur et de jointoiement des pierres à l’extérieur sont prêts pour l'appréciation de l'Architecte des Monuments de France. Ce dernier doit venir ce Mercredi 19 juin. Les travaux de maçonnerie pourront alors commencer.

- Ensuite viendront les phases d’électricité et d'éclairage, puis, en fin d'année, la restauration finale des lambris et de leurs peintures.